ande dessinée lesbienne, bi, gay et trans


Les gens normaux, collectif BDboum, collection Ecritures, Casterman.
Scénario : Hubert,
Maxime Foerster, Michelle Perrot, Éric Fassin, Louis-Georges Tin, Florence Tamagne
Dessin : Alexis Dormal, Audrey Spiry, Zanzim, Jeromeuh, Simon Hureau, Freddy Nadolny Poustochkine, Natacha Sicaud, Merwan, Cyril Pedrosa, Freddy Martin, Virginie Augustin

 

Construit sous la forme d’un reportage graphique sur l’univers LGBT, cet album rassemble une dizaine de témoignages d’hommes, de femmes, de couples et de parents, qui racontent leur combat pour l’acceptation, et les joies, les difficultés ou les discriminations qu’ils ont rencontrées ou rencontrent encore.

Le scénariste Hubert (Hubert Boulard) a réalisé, transcrit et adapté les entretiens, chacun étant illustré par un dessinateur différent (Jeromeuh, Audrey Spiry, Cyril Pedrosa, Natacha Sicaud, etc). L’album comprend également des textes de quelques contributeurs ou universitaires : Robert Badinter, Eric Fassin, Louis-Georges Tin, Maxime Foerster....

Parmi ces témoignages, celui de Philippe, qui décrit l’histoire d’amour magnifique vécue avec Bernard pendant 10 ans, le sida qui va frapper son compagnon et le combat contre la maladie que ce dernier perdra en 1990. Mais aussi la rage et l’énergie suscitées par ce deuil, qui le conduiront à militer activement contre le sida, participer à la création de la Maison des Homosexualités de Tours ou d’un festival de cinéma LGBT.
Celui d’Astrid et Nolwen, un couple de femmes qui ont choisi d’avoir trois enfants par procréation médicalement assistée et racontent le quotidien de leur famille, l’école, les réactions chaleureuses ou parfois négatives de leur entourage... Elles veulent communiquer toute leur force à leurs enfants pour les aider à s’épanouir dans une société qui a souvent du mal à comprendre et accepter la différence.
Celui de Momo, un garçon qui a fuit son pays natal, la Guinée, pour échapper à la mort en raison de son homosexualité, et s’est réfugié en France. Il vit aujourd’hui dans l’insécurité juridique et morale, avec l’angoisse d’avoir toujours à se justifier et la crainte d’être renvoyé dans son pays.
Et enfin le témoignage lumineux et bouleversant de Bénédicte, une jeune femme transgenre qui décrit la prise de conscience progressive que son corps, et la vision qu’avaient d’elle les autres, étaient si différents de ce qu’elle était certaine d’être réellement. Et le parcours long et difficile qu’elle a entrepris pour rejoindre son genre véritable.

C’est d’ailleurs Bénédicte qui a inspiré le titre de l’album, Les gens normaux : "je voulais juste être une femme comme les autres, je voulais être normale, je voulais des relations normales. C’est un psy qui m’a sauvé la vie, qui m’a dit : la normalité ça n’existe pas, ne vous sentez pas obligée de vous conformer à la norme des autres, puisque les gens normaux ça n’existe pas’’.
Le choix de la bande dessinée (par rapport à un livre ou à un documentaire télé) et la qualité du travail du scénariste, ont abouti à cet album original et passionnant, qui nous touche par la sincérité et la force des histoires de vies qui y sont racontées.

 

Extrait du témoignage de Philippe


 


                          Plan du site                        Qui sommes-nous ?                          Mentions légales                          Crédits Photo