ossier : Jeune et LGBT en 94

Véronique, 19 ans en 1994

 

Peux-tu nous décrire l’ado que tu étais en 1994 ?
J’étais bien dans ma peau et curieuse. Je voulais voyager pour découvrir et comprendre le monde, lire les grand-e-s auteur-e-s et étudier la philosophie. J’étais étudiante en Hypokhâgne, en proche banlieue parisienne. Entourée d’ami-e-s, je vivais au sein d’une famille aimante, de gauche, athée et gentiment humaniste.


A quel moment as-tu fait ton coming out ?
En 94, je vivais mes sentiments pour les filles comme quelque chose de tout à fait normal, bien que singulier. Je considérais que ma vie amoureuse ne regardait que moi et je crois que j’attendais d’être sûre avant de partager cette partie intime et constitutive de moi avec le monde. Plus tard, lorsque j’ai fait mon coming out à ma famille et mes ami-e-s, tout s’est bien passé. Mes proches me voyaient heureuse et c’était le principal pour eux/elles. Le seul questionnement a été “comment ma mère allait devenir grand-mère ?”...

Est-ce que tu penses que tu aurais été une ado différente si tu étais ado aujourd’hui ?
Pas différente, mais ma période ‘’confusion des sentiments’’ aurait été plus courte, j’en suis persuadée. J’aurais certainement mis des mots sur les choses et donné libre cours à mes aventures plus tôt si j’avais eu accès à plus d’images et d’histoires de femmes aimant les femmes dans un contexte contemporain et réaliste. J’aurais pu me projeter, imaginer plus nettement ma vie d’adulte.

Qu’est-ce qui te semble avoir changé pour les ados entre 1994 et aujourd’hui ?
Tout d’abord la représentativité, par la mise en lumière dans les médias de lesbiennes et de couples de femmes, grâce entre autres à des célébrités et des personnages de fiction. Puis la reconnaissance : aujourd’hui par exemple nous pouvons nous marier. Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire entre autres sur la parentalité.

Est-ce que tu as en tête des personnalités/célébrités à qui tu pouvais t’identifier à cette époque ?
Il y avait des femmes célèbres, écrivaines surtout, mais mortes, dont je savais en cherchant un peu qu’elles avaient aimé les femmes (Colette, Virginia Woolf). Mais en 94, à part Martina Navratilova et Catherine Lara, il y avait peu de  femmes connues et contemporaines identifiées comme lesbiennes. De plus, elles n’étaient pas médiatisées sur ce sujet et à 19 ans j’étais loin de m’identifier à elles.

Lorsque tu as découvert que tu étais LGBT, vers quelles ressources t’es-tu tournée ?
Les livres comme toujours, en cherchant des auteur-e-s homo ou des histoires avec des personnages homosexuels. En partant en Angleterre, j’ai découvert pas mal de films. J’achetais tous les mois le magazine lesbien anglais Diva et consultais le site du magazine The Advocate qui traitait des thématiques LGBT sous tous les angles, y compris politique. Être bilingue a été une vraie chance.

Est-ce qu’il y a des séries, films ou livres LGBT qui t’ont marqué quand tu étais ado ?
Coté films, Beignets de tomates vertes avec la jeune et intrépide Idgie et Thelma and Louise pour les paysages, la BO et le script. Pour les livres, la liste est sans fin…La Confusion des sentiments de Stefan Zweig, L’immoraliste de Gide, Une femme nommée Moïse de Tennessee Williams, et le must du must: Les amies d’Héloïse de Hélène de Monferrand.

Aurais-tu un conseil à donner aux ados de 2019 ?
Soyez vous-mêmes. Soyez curieux-ses du monde et des autres. Cherchez la bienveillance, la vôtre et celles des gens qui vous entourent. La vie est une fête : vivez joyeusement.

 


                          Plan du site                        Qui sommes-nous ?                          Mentions légales                          Crédits Photo