ivre jeunesse

Becky Albertalli, Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, Hachette, 2015
 
Simon a 16 ans, il est gay mais ne l’a encore dit à personne. Personne sauroman Moi Simon 16 ans Homo Sapiensf le mystérieux Blue, avec qui il entretient une correspondance par e-mail depuis qu’ils se sont découverts sur le tumblr du lycée. Alors, quand Martin, “geek bigleux” qui accumule les gaffes, tombe sur un de ses e-mails, c’est la panique. Pour ne pas risquer que son orientation sexuelle soit exposée à tout le lycée avant qu’il ne soit prêt, mais aussi et surtout pour préserver les confidences de Blue, Simon doit obéir au chantage de Martin et lui arranger le coup avec Abby, une de ses meilleures amies. “Même si le coming out ne me fait pas peur. Oui, bien sûr, plus gênant tu meurs, et on ne va pas se leurrer, je ne suis pas pressé d’y être. Mais ça ne sera pas la fin du monde. Pas pour moi.
Piégé, Simon n’ose en parler à personne et se retrouve seul à gérer le risque que Martin parle, la situation qui se complique avec son groupe d’ami-e-s et sa correspondance avec Blue qui devient d
e plus en plus ambiguë. Comment annoncer son homosexualité à ses ami-e-s sans qu’ils et elles ne se sentent trahi-e-s ? Comment le dire à ses parents, ouverts d’esprit, mais qui font déjà tout un fromage juste parce qu’il a commencé à boire du café ? Comment concrétiser ses sentiments pour Blue qui deviennent de plus en plus forts alors même qu’il ignore qui il est dans la vie réelle ? “Dis moi, il n’y avait pas une émission de télé-réalité dans laquelle les gens participaient à des blind-dates dans le noir complet ? On devrait faire ça. Se trouver une pièce, quelque part, plongée dans l’obscurité, où on pourrait passer du temps ensemble dans le plus parfait anonymat. Comme ça, aucun risque de gâcher notre relation.” Cette année de lycée s’annonce bien plus compliquée que ce que Simon avait prévu...

Á travers le regard de Simon, Becky Albertalli met en scène une diversité de personnages attachants, drôles et sensibles, de la meilleure amie fan de manga aux parents un peu loufoques en passant par la grande soeur féministe. Ce roman nous plonge dans une ambiance de lycée américain avec ses pom-pom girls, ses joueurs de foot et son club de théâtre. Même si l’on peut y retrouver les thèmes habituels des histoires de lycée, la modernité des personnages apporte une grande fraîcheur qui accroche le lecteur ou la lectrice de la première à la dernière page. Les chapitres alternent entre des scènes de la vie de Simon et la retranscription de ses échanges par e-mail avec Blue, donnant une dynamique et rythmant le récit de façon originale, qui dépoussière le roman épistolaire classique.

 


                          Plan du site                        Qui sommes-nous ?                          Mentions légales                          Crédits Photo