ivre jeunesse
 

Endre Lund Eriksen, L’été où papa est devenu gay, éditions Thierry Magnier, 2014

Arvidsjaur a 13 ans et un prénom bizarre (même pour un norvégien), mais à part cela, tout va plutôt bien. Même si ses parents viennent de se séparer, sa mère étant partie avec son prof de Pilates, il est bien content d’être resté vivre avec son père. C’est le moment des vacances, et comme le divorce a sacrément fait du tort au budget voyage, Arvid et son père doivent se contenter de garer une vieille caravane dans un champ en guise de séjour au soleil.

Les vacances s’annoncent tranquilles, voire ennuyeuses, lorsque surgissent Roger, le propriétaire du terrain, et sa fille Indiane. Ces deux-là vont rendre ce mois de juillet totalement inédit et si déconcertant pour Arvid qu’il s’enfermera tous les jours dans les toilettes du terrain pour écrire son journal intime : ce sont ses chapitres que nous suivons dans ce roman.

Qu’est-ce qui le perturbe à ce point ? Que son père, qu’il ne voit que comme un prof trop sage et un peu bedonnant, se mette à avoir une forte amitié avec Roger. Voire une sacrée complicité. Voire... plus que ça ?!? Arvid est totalement écoeuré par l’idée, et va se donner la mission, avec l’aide d’Indiane, d’empêcher que leurs deux pères ne nouent une relation qu’ils ne veulent même pas imaginer. En réalité, Indiane qui a toujours connu son père homo s’en fiche un peu, mais est ravie de passer du temps avec Arvid qui ne la laisse pas indifférente. Arvid quant à lui n’a pas encore eu la visite de la fée puberté, et ne s’intéresse qu’au foot, aux bagarres et aux jeux vidéos. Les histoires d’amour et de sexualité qui font vibrer ses potes, Indiane, son père, et même son chien ? Pas du tout sa tasse de thè...

Pourtant, si cela devait changer dans le courant de ce bel été, sera-t-il d’accord pour que les autres se mêlent de sa vie amoureuse comme il se mêle de celle de son père ? Endre Lund Eriksen nous permet d’apercevoir ce qui se passe lorsque, à force de se poser des questions sur l’orientation sexuelle des autres, on en vient tout ou tard à réfléchir à la sienne.

 



                          Plan du site                        Qui sommes-nous ?                          Mentions légales                          Crédits Photo