émoignage



Assumer réellement

 

Je m'appelle Klara, je viens d'avoir 18 ans et je suis en Terminale. Après avoir lu de nombreux témoignages, j'ai décidé de livrer mon histoire. Certes je n'ai pas une grande expérience vu mon âge, néanmoins je pense que mon témoignage peut peut-être rassurer et aider certaines personnes.

Ayant une famille pas très ouverte d'esprit, surtout au niveau petit-e-s ami-e-s etc, les garçons ne me passaient même pas par la tête, je n'y pensais vraiment - mais vraiment - pas du tout... Alors les filles, encore moins ! Mes parents m’ont éduquée “à l'ancienne”, et en plus de cela, ma famille tenait quelques propos homophobes… Bref, voilà l’ambiance dans laquelle j'ai grandi. Arrivée en troisième, toujours dans cet état d'esprit (même si j'étais très ouverte d'esprit pour d'autres sujets), je n’étais jamais sortie avec personne. Je n'avais même jamais aimé quelqu'un.
Cependant lorsque je regardais des films, des séries ou des émissions, il y avait souvent des personnes que j'appréciais et que je trouvais mignon ou mignonne. D’ailleurs c'était plus souvent des actrices, mais bon je n'y prêtais pas attention. Je trouvais toujours des excuses comme “c'est normal que je l'apprécie, elle a de beaux cheveux, de beaux yeux” ou encore “c'est normal car je l'admire, je voudrais devenir comme elle plus tard”. Comme vous voyez, des pensées assez naïves, tout pour me détourner de l’idée d’attirances qui me faisaient peur.

Arrivent les vacances d'été juste avant la Seconde. C'est là que TOUT a commencé. J'étais à la foire avec mes parents et, avec l'énorme foule qu'il y avait, on était tous les uns sur les autres. C’est là que je me suis retrouvée nez à nez avec une fille, et je n'ai qu'une chose à dire : "wouah" ! Je suis restée bouche bée devant elle comme si tout avait disparu autour de nous, elle m'a littéralement fait tourner la tête. Personne ne s’en est rendu compte, pas même la fille en question. La soirée terminée, j'étais toujours dans les vapes après cette rencontre, mais je me trouvais hélas encore et toujours des excuses.
Après les vacances, à la rentrée, tout avait changé. Le lycée n'avait plus aucun rapport avec le collège, j'étais un peu curieuse de tout, je regardais les gens. C’est là qu'un garçon a attiré mon attention. Même mon esprit était beaucoup plus ouvert que lorsque j’étais petite, il m’était toujours impossible d'avoir des petits amis. Après quelques mois, comme je ne me sentais pas libre de faire quoi que ce soit, c'est à dire aller lui parler, l'aborder, le garçon en question ne m'intéressait plus. Il y avait une sorte de lassitude qui s'était créée.

Arrivée en Première, il n'y a rien eu de spécial, personne n'a attiré mon attention. Je ne suis pas du tout prétentieuse en disant cela. C'est juste que j'ai perdu toute confiance en moi depuis petite. Du coup, rien que le fait de regarder une personne me faisait perdre encore plus confiance en moi, en me disant que tout le monde se moquait de moi. Je mettais tout sur le dos de mes parents, je me disais que c'était en quelque sorte leur faute si j’étais bloquée, sans prendre conscience qu'au fond c'était moi qui n'avais pas envie.

Aux vacances d'été, juste avant la Terminale, je me suis retrouvée à la foire avec des amies et ma famille comme deux ans auparavant, et là je suis retombée nez à nez avec la même fille qui avait en quelque sorte chamboulé tout mon esprit. Même réaction de ma part : j'étais figée en la regardant, bloquée, crispée... C'est à ce moment là que j'ai commencé à avoir des doutes sur mon orientation sexuelle et à réellement comprendre en quelque sorte tout ce qui dans le passé m’avait paru bizarre.

C'est à partir de là que je me suis rendu compte qu'être attirée par une personne du même sexe était tout à fait normal et pas "mal" comme l'ont prétendu et le prétendent toujours certaines personnes. Aujourd'hui je suis en Terminale, certes je ne suis jamais sortie avec un garçon ou une fille, mais je sais maintenant que je suis lesbienne, même si personne n'est au courant de cela. Pour le moment, je ne ferai pas de coming out puisque je ne vois pas pour quelle raison je devrais annoncer à certaines personnes une "différence" qui n'a pas lieu, qui ne devrait pas se définir comme telle.

Aussi, le fait de découvrir mon attirance pour les femmes m’a libérée. J'ai toujours eu une sorte de blocage, une boule au ventre, quelque chose qui me trottait dans la tête mais que je n'avais jamais su définir jusqu'à aujourd'hui. C'est pour cela que j'ai décidé de livrer mon histoire, qui m'a fait prendre conscience qu'il ne faut pas craindre d'aimer une personne du même sexe, même si cette attirance surgit, ne pas se renfermer sur soi. C'est possible qu'on ait une famille ou des amies à qui il est impossible de le dire pour le moment... Mais rien que le fait de l'assumer réellement au fond de moi et donc l'accepter m’a fait lâcher un poids énorme.

Certes aujourd'hui je n'ai pas confiance en moi mais cela ne vient en aucun cas de mon orientation sexuelle qui, elle, me permet de me relever à certains moments.
 

Témoignage reçu en décembre 2016

* Le prénom a été modifié

Pour témoigner sur le site de C'est comme ça, vous pouvez écrire à l'adresse suivante : cestcommeca@sos-homophobie.org. Attention à bien lire la charte des témoignages avant de nous écrire.    

    < Revenir à la page d'accueil des témoignages



                          Plan du site                        Qui sommes-nous ?                          Mentions légales                          Crédits Photo