émoignage
 

M’aime-t-il ?

Salut, moi c'est Jared*. Pas très grand, plutôt mince, rien de spécial. Je viens de B***, une ville calme, très calme. Du moins c'est ce que je croyais… Il y a un an, j'ai changé d'établissement pour rentrer au lycée, et cette année là, j'ai découvert quelque chose. Je vous le raconte dès maintenant.

Dans ce nouveau lycée, je ne me sentais pas perdu puisque la plupart de mes amis y étaient aussi. Je me suis fait de nouveaux et nouvelles ami.e.s, dont Thomas, un grand brun aux yeux verts, corps athlétique. Il était dans la même classe que moi en Art. Son visage m'a tout de suite marqué lorsque je l'ai vu pour la première fois. Dans ma classe, se trouvaient Tania et Léna, de nouvelles amies qui faisaient également Art avec moi. Coup de chance ! Elles connaissent Thomas depuis longtemps et sont très proches. Cela m'a permis de me rapprocher de lui. Au début, je le trouvais juste mignon. Il faut préciser que je ne savais pas que j'aimais les mecs. Mais plus le temps passait, et plus je commençais à l'apprécier. On se voyait très souvent, on mangeait ensemble, on passait des après-midi ensemble tout ça, tout ça.

Les vacances d'été arrivent, ce qui fait qu'on n’allait plus se voir pendant 2 mois. C'est à ce moment-là que je me suis rendu compte que je l'aimais. Enfin, peut-être...

Enfin arrive la rentrée. Nous rentrons en Première, ce qui nous oblige à faire un choix dans notre orientation. Tania va en ES, Léna va en L et Thomas et moi allons en S. J'ai prié de toute mes forces pour que l'on soit dans la même classe. A la rentrée, je vois le panneau qui affiche les classes avec les noms des élèves. Je trouve le mien, et là je vois le prénom de Thomas dans ma classe. Je cours dans tout le lycée pour le prévenir, mais il était en train de faire la même chose que moi, donc on a pas pu se retrouver. Bref, on est dans la même classe, je suis heureux !
Le fait qu'on soit dans la même classe nous rapproche énormément. Je dis bien énormément. Je commence à sentir qu'il y a un rapprochement plutôt physique entre nous. On se chamaille sans arrêt pour rien. Un jour, une amie nous a demandé si on était en couple ou quelque chose comme ça. Je ne réponds pas. J'attends la réponse de Thomas avec peur, en me disant que je m’adapterai en fonction de ce qu'il dira. Mais il ne répond pas, me lâche un sourire et s'en va en me disant de le suivre. Dès ce moment, j'ai pensé qu'il pouvait se passer quelque chose entre nous. Plus le temps passe, plus on se rapproche. J'en parle à Tania et Léna qui me disent qu'il n'est jamais sorti avec des filles et qu'il y avait une rumeur selon laquelle il pourrait être gay. Mais j'ai des doutes, car en ce moment, il dit des trucs sur les gays du genre "je suis pas un PD" ou "ça fait trop gay", enfin rien de méchant ou homophobe, mais je ne sais pas s’il fait ça pour cacher le fait qu’il est lui aussi gay, ou bien s’il dit ça parce qu'il le pense vraiment.

Je crois que je l'aime vraiment. Mais je n'en suis pas très sûr. C'est vraiment bizarre car j'ai l'impression qu'il m'aime bien en secret mais qu'il a peur de l'avouer. Est-ce qu’il pourrait se passer quelque chose ? Ou bien je me fais des films ?

Témoignage reçu en janvier 2019


* les prénoms ont été modifiés

La réponse de C'est comme ça
De notre côté, nous trouvons que les propos "je suis pas un PD" ou "ça fait trop gay" sont bien homophobes. En effet, ils induisent l’idée qu’être homo serait mal, qu’il faudrait s’en défendre, et que "faire gay" serait négatif. Certes, ce ne sont que des mots, et comme ils ne sont pas à proprement parler insultants, on pourrait être tenté de minimiser leur portée. Pourtant ils constituent tout de même la principale manifestation de l’homophobie ordinaire, celle qui - répétée très souvent - peut s’insinuer dans la tête de celles et ceux qui les entendent. Cela fait des dégâts en créant des préjugés homophobes : ceux-ci peuvent d’une part conduire certaines personnes à commettre des actes homophobes plus brutaux, et d’autre part créer du mal-être, voire de l’homophobie intériorisée chez les jeunes qui se découvrent lesbiennes, gays ou bi-e-s… D’ailleurs, c’est peut-être ce que vit Thomas dont l’attitude est difficile à décrypter : il est peut-être tiraillé entre des sentiments qu’il aurait pour Jared, et l’impossibilité pour lui de les assumer.



Pour témoigner sur le site de C'est comme ça, vous pouvez écrire à l'adresse suivante : cestcommeca@sos-homophobie.org. Attention à bien lire la charte des témoignages avant de nous écrire.  

 

    < Revenir à la page d'accueil des témoignages



                          Plan du site                        Qui sommes-nous ?                          Mentions légales                          Crédits Photo