émoignages anonymes de jeunes LGBT : expériences heureuses ou difficiles, c'est l'espace où vous pouvez nous raconter votre parcours, et nous poser des questions !

Coming out, première histoire d'amour, événement difficile ou positif... Cet espace est le vôtre. Pour témoigner, envoyez-nous un mail à : cestcommeca@sos-homophobie.org. Merci de bien lire la charte des témoignages avant de nous écrire.
 
Les derniers témoignages reçus
 

tre homosexuelle : un combat quotidien
"Je vais vous raconter ma rencontre avec une fille. Cette fille, c’est un stéréotype à elle toute seule. Cheveux courts, teinture bleue, piercing et écarteur, tenue baba cool, démarche de garçon, littéraire, fan d’opéra et de théâtre, végétarienne, écolo… Vraiment, un cliché à elle toute seule. C’était durant un pèlerinage à Lourdes, et dès le début, je l’ai remarquée. En même temps, elle passait difficilement inaperçue ! Elle est venue me parler la première, et elle m’a directement plu." (Lire la suite)

'ai envie que ça change !
"Un jour, j'ai vraiment su que j'étais lesbienne parce que j'ai rencontré une fille avec laquelle je suis restée 2 ans et demi. Nous étions très fusionnelles. Pourtant, pendant cette relation, je suis tombée dans une dépression, dans l'alcool et la drogue : je ne l’assumais pas vraiment." (Lire la suite)

omment on en est arrivé là
"J'aimerais vous faire part de mon orientation sur laquelle je pense ne pas me tromper mais que j'ai parfois du mal à assumer. Pas trop au niveau des ami-e-s mais plus de ma famille. Je pense être... lesbienne (j'ai souvent du mal à me dire et à dire ce mot car il sonne assez fort dans ma tête) parce que quand je vois des garçons, je ne ressens rien. Par contre je regarde plus attentivement les filles, dans le sens où je pense les regarder comme une fille hétérosexuelle se dirait "quel beau gosse celui-là !" (Lire la suite)

a bisexualité
"Tout d’abord, il faut savoir que je suis handicapée et ai dû subir plusieurs opérations dans mon enfance. Je ne peux pas écrire [...], j’ai du mal à maîtriser mes émotions ou à "bien me tenir en société" (laisser la parole aux gens, etc.). J’attends une réponse d’une association sur l’Asperger* pour savoir si je suis concernée ou non par ce syndrome [...]. Pourquoi cette intro ? Car mon rapport à la sexualité est plus ou moins lié à cela". (Lire la suite)


ime-toi
"Je suis de nature très pudique, je ne suis pas quelqu'un qui aime se plaindre et je préfère garder mes émotions pour moi. Alors, j'essaye de toujours garder le sourire. Je me dis que ça peut faire du bien aux autres de voir quelqu’un de souriant. Mais, au fond de moi, je suis quelqu’un de profondément triste. J’ai cru un temps, que j’arriverais à être heureux seul par la force des choses. Que le temps pansait les blessures. Mais je me rends compte maintenant qu’il faut que je m’exprime, que je parle vraiment de moi." (Lire la suite)

emise en question
"Je m’appelle Laetitia, j’ai 17 ans et j'ai annoncé hier soir mon attirance pour les filles à mon père. Ma mère et certains de mes proches le savaient déjà. Quand je leur ai annoncé, je me suis sentie d'une part soulagée et d'une part effrayée, mais c'est parti aussi vite que c'est arrivé. Hier, après des semaines des réflexion, je décide de l'annoncer à mon père qui a réagi violemment". (Lire la suite)

oup de foudre dans un train

"Bonjour, je me présente : Raphaël, 20 ans depuis peu, étudiant en communication. Je vis vers Caen dans une petite ville bien paisible. Aujourd’hui, je prends l’initiative de partager mon histoire et plus particulièrement, ce que je peux ressentir pour un garçon." (Lire la suite)

e me connais mieux
"Après avoir lu quelques témoignages, je me suis rendu compte que faire cela pouvait être positif pour l'acceptation de certains événements dans une vie. Du coup je me propose vous faire part de mon expérience homosexuelle qui est, je l'avoue, très gênante (simplement par l'aspect où je dois dévoiler une partie de moi très personnelle et que ça ne m'est pas toujours facile)." (Lire la suite)

lus rien à cacher
"Bonjour, Je m'appelle Morgane, j'ai 20 ans et je suis étudiante. Je devais avoir 16 ans quand j'ai commencé à me poser des questions sur ma sexualité. En effet, au lycée, j'ai commencé à avoir des sentiments plus qu'amicaux envers une de mes meilleures amies. Je voulais la voir tout le temps et, dès qu'elle me montrait le moindre signe d'affection (amicale uniquement), cela me rendait extrêmement heureuse." (Lire la suite)

ne libération progressive
"Je m'appelle Brayan, 16 ans, et j'ai ainsi découvert (ou du moins, pris conscience) il y a environ deux ans que j'avais une préférence pour les garçons. Arrivé en classe de quatrième dans un nouveau collège, un garçon m'intriguait et je n'arrivais pas à décrire la sensation que j’éprouvais, qui était vraiment nouvelle par rapport à toutes celles que j'avais ressenties auparavant. Je ne tardai pas à comprendre que cette sensation, c'était de l'attirance très forte comme je n'en avais jamais ressenti pour une fille." (Lire la suite)

'aime les garçons, mais je préfère les filles
"J'ai grandi en Belgique dans une petite ville où les gens avaient des idées plutôt fermées et je venais d'une famille assez "bourgeoise", fière d'être bien éduquée. En primaire, je recevais beaucoup d'insultes et de moqueries à cause du fait que j'étais première de la classe et que j'étais un garçon manqué. J'aimais jouer au foot, pas aux poupées, je ne mettais pas de jupe ou de robes, mais plutôt des baggys imprimés camouflage. Je me suis toujours sentie différente, mais je pensais que j'étais juste un peu plus mûre que la moyenne." (Lire la suite)

e vide dans mon cœur
"Le collège et ses années difficiles nous ont pour la plupart affectés - du moins, c'est mon impression. [...] C'est en grattant bien que l'on découvre une face cachée chez beaucoup de jeunes en apparence sans histoire : une face fragile, détruite par les attaques, par l'érosion d'un long drame... Combien de personnes ai-je vu au lycée m'avouer, sinon me confier, qu'ils ont été frappés, insultés, humiliés ? Voyez-vous, j'en fais partie."  (Lire la suite)

iromantique
"Cette année, c'était un tout nouveau monde qui s'offrait à moi. À la rentrée, je ne connaissais personne dans tout le lycée. Le premier jour, je ne l'avais pas remarquée. Mais dès le deuxième jour... Elle s'est démarquée des autres. Son nom est Elodie. La première fois que je l'ai vue, ma pensée a été : "Wow ! Elle est vraiment super jolie". J'ai ressenti comme une attirance très forte, une envie de devenir son amie tout de suite, de me rapprocher d'elle. (Lire la suite)

e ne m'assume pas totalement
"Quand j'étais petit j'ai toujours eu une attirance pour les filles, je suis même sorti avec plusieurs d'entre elles, cependant au collège je me suis pris beaucoup de réflexions comme "connard" pour les plus gentilles, en passant par "batard", mais aussi "tapette", ou encore "pédé". Je me suis beaucoup posé de questions pour savoir pourquoi j'étais "leur" victime, étant de nature discrète je me suis aussi demandé "qu'est-ce que je leur ai fait pour qu'ils me détestent à ce point ?!" et aussi "est ce que j'aime vraiment les garçons ?".  (Lire la suite)

ix ans de coma
"Je crois que j'ai toujours refoulé mon homosexualité. Quand j'avais 15 ans, j'ai remarqué à quel point j'étais attirée par les filles. Surtout une. J'en ai parlé à mon père. Je pensais que c'était définitif. Il l'a plutôt bien pris avant de se raviser [...] J'ai voulu mettre ça de côté, être comme tout le monde. Je suis sortie avec des garçons qui me plaisaient au début. Des relations qui m'ont fait souffrir." (Lire la suite)

n rude apprentissage
"Bonjour, je m'appelle Camille*, j’ai 14 ans et je vis dans la Nièvre, en Bourgogne. Je n’aurais jamais pensé écrire mon histoire, mais en ce moment, l’envie se fait plus que pressante et j’ai besoin d’extérioriser tout cela. Je commencerai par vous dire comment est venue la bisexualité dans ma vie. Ou l’homosexualité, je n’en sais pas grand-chose. Je cherche encore…(Lire la suite)

e ne veux pas me battre pour aimer
"[...] Je ne me rappelle pas comment j’ai découvert ma bisexualité. Mon plus lointain souvenir remonte à l'école primaire. Je me suis toujours sentie bien avec les filles comme avec les garçons. Mais je n'avais pas conscience qu'aimer les filles pouvait être un problème. Et puis un jour, il y a eu une prise de conscience. Je me suis alors dis que je n'étais pas normale... Que ce n'était pas normal... Et c'est là que tout a changé." (Lire la suite)
 
'est juste de l'amour
"[...] Je me nomme Greg, j'ai 17 ans. Je vous écris pour parler de moi mais surtout pour aider les autres. J'aime beaucoup écrire, surtout quand c'est un sujet qui me tient a cœur. Voilà, alors depuis bientôt 4 ans, je ne cessais de me poser des questions : "suis-je normal ?", "est-ce-que ça se guérit ?", "pourquoi je suis pas comme tous ces garçons qui parlent de filles comme d'une drogue pour eux ?". (Lire la suite)

dèle était parfaite
"[...] Tout a commencé lors d'un voyage scolaire en Italie, il y a un an. J'étais encore à ce moment-là au collège. [...] C'est lors des premières visites que je découvre Adèle, que je ne connaissais que très peu, sinon par le biais du club journal du collège/lycée. Une fille de seconde, toute petite, blonde... Auparavant, je n'avais éprouvé aucune attirance pour elle ni pour aucune autre fille. Au fil des jours du voyage, j'étais attirée par elle : quand il s'agissait d'être en groupe et que je me trouvais avec elle, j'étais heureuse, et vice-versa...." (Lire la suite)
 
e regard sur soi est plus important que le regard des autres
"Je m'appelle Benoît, j'ai 17 ans mais je n'ai pris conscience que récemment du fait que je suis réellement gay. Avant cela, j'avais bel et bien remarqué mon attirance pour les garçons mais je me disais que c'était lié à l'adolescence, que ça allait passer. Je n'ai jamais été réellement attiré par les filles, même si je passe beaucoup de bons moments avec elles et que je me sens plus à l'aise en leur compagnie qu'avec des garçons. Je ne voulais pas admettre cette part d'homosexualité que j'ai en moi." (Lire la suite)

a face cachée du bonheur
"Je vous fais part de mon témoignage concernant ma première histoire d'amour. Un mélange entre passion et désillusion. [...] Tout a commencé quand j’avais 16 ans. Je pratique un sport réputé pour compter un grand nombre de filles lesbiennes mais jusque là je ne m’étais pas posée de question sur mon orientation sexuelle. Tout débute début janvier, seulement deux mois après ma séparation avec mon dernier ex, qui se trouve être un garçon. Je jouais depuis un an avec une équipe de fille mais je n’avais pas spécialement parlé avec toutes. [...]"  (Lire la suite)
 
on homosexualité a fait de moi qui je suis
"Bonjour, je m'appelle Malo, j'ai 15 ans, j'habite en Bretagne (près de Rennes) et je suis en seconde. Je vais vous raconter l'acceptation de mon homosexualité au fil des années [...]. Sans vouloir faire cliché, mon enfance ne laissait aucun doute sur le fait que je suis gay. Petit, j'ai d'abord fait un an de danse classique puis une année de judo (sport un peu plus masculin). Un Noël, j'avais demandé une Barbie, prétextant que c'était le cheval qui allait avec que je voulais. [...]"  (Lire la suite)

e m'assume ! Mais je me sens seul...
"
Depuis l'école primaire, j’ai été insulté avec des mots comme "pédé" ou "sale gay" par des personnes méchantes à qui je ne faisais rien de mal. J'ai cru un temps que j’étais devenu gay à cause d'eux, à cause de ces insultes et ces paroles vraiment négatives" (Lire la suite)

'aimerais vraiment leur dire
"Je viens vous écrire car je suis bisexuelle, je sors avec une fille depuis un mois, et j'ai de gros soucis avec mes parents. Ils sont homophobes. Ils prétendent que non, mais si vous saviez les horreurs qu'ils disent (surtout mon père). Étant plus jeune, en 6ème si mes souvenirs sont bons, j'avais essayé de parler à mes parents de mes attirances envers les filles [...]"  (Lire la suite
 
tinéraire d'un p'tit gars
[...] Tout a commencé en septembre 2009, à l’arrivée dans mon nouveau lycée : pour des raisons de localisation, je dus devenir interne. C’est là que je me suis rendu compte de mon orientation sexuelle mais aussi que le chemin allait être long…
En effet c’est en étant interne que j’ai commencé à regarder les garçons, à les admirer, à les trouver craquants, mais n’étant pas très populaire et étant le bouc-émissaire, je n’osais rien dire."
(Lire la suite)

imer au-delà du genre
"Bonjour, je suis tombée sur votre site par hasard, et j'ai eu envie, moi aussi, de témoigner, car je pense que cela peut me faire beaucoup de bien et aussi, je l'espère, aider d'autres personnes. Mon témoignage traite de bisexualité. D'aussi loin que je m'en souvienne, je ne me suis jamais sentie hétérosexuelle."  (Lire la suite)

eux coming out
"Je m'appelle Aure*, j'ai 20 ans et j'habite près de Pontoise. Je ne sais pas si mon témoignage pourra aider les personnes comme moi. J'ai lu quelques témoignages et je ne me suis pas reconnue dedans... J'aimerais parler de ma sexualité car on en parle peu" (Lire la suite)

a crainte de l'homosexualité
"[...] j'ai 18 ans et je vis en Algérie. J'ai réalisé l'an passé que je suis bisexuel. Bon, je vais vous raconter mon histoire.
À l'école primaire, je sortais avec des filles, je tombais amoureux, mais en première année du secondaire [l'équivalent du lycée], j'ai connu un mec qui était plus âgé que moi de 2 ans. [...] Au début, pendant un an, j'ai cru que je l'aimais juste comme un frère."
(Lire la suite)

ien n'est perdu d'avance
"[...] je suis Allemande, et je vis à Berlin. J'ai passé ma scolarité dans un collège/lycée (ce qui ne fait qu'un en Allemagne) AbiBac, donc bilingue français/allemand. En troisième, j'ai fait un échange de trois mois avec une nommée Victoire, vivant à Lille. Après ces six mois (trois en Allemagne, trois en France) passés ensemble, nous ne voulions plus nous quitter. Nous nous disions des sœurs, il était décidé que plus tard, nous allions vivre ensemble (avec nos deux maris, bien sûr...)." (Lire la suite)

pprendre à se sentir bi-en
"J'ai 17 ans et je suis bisexuel. Je ne sais pas depuis quand je le suis, mais il y a environ un an et demi que j'ai commencé à accepter qui je suis. [...] Lors d'un voyage au ski avec le collège lorsque j'avais 12 ans un garçon qui avait une copine disait qu'il était bisexuel, un peu en rigolant, et je n'ai pas su identifier s'il était sérieux ou non. Il m'a ensuite fait des avances, toujours en rigolant légèrement, et là non plus je n'ai pas su s'il était sérieux." (Lire la suite)
 
ou Are All I See
"Je m’appelle Clémence, j’ai quinze ans depuis peu et je suis homosexuelle. Oui, là je le dis, clairement, et dans la vraie vie j’en suis presque au même point. Mais bon, il m’a fallu beaucoup de temps pour en arriver là… Petite, je me souviens avoir adoré des filles, souvent plus grandes et plus belles que moi." (Lire la suite)

omosexualité : un fardeau ?
"[...] On vous dira sûrement que c’est facile à assumer et que vous y parviendrez facilement - ce qui n’est pas si faux que ça - mais vous penserez sans nul doute que c’est plus facile à dire qu’à faire. J'ai aujourd'hui 25 ans et il m'a fallu beaucoup de temps pour y parvenir". (Lire la suite)

onnaître, comprendre et s'accepter
"[...] je ne suis pas lesbienne, peut-être bi, en soit je m’en fiche un peu, je suis tombée amoureuse de plusieurs garçons, puis de filles, et je ne m’en suis jamais cachée... mais je n’ai jamais ressentit d’attraction physique ni pour l’un ni pour l’autre. Même si je sais reconnaître la beauté d’un corps, il ne m’excite pas..." (Lire la suite)

a banalité de l'homosexualité
"[...] je m’appelle Guillaume, j’ai 17 ans et je suis en terminale dans un lycée de l’Est parisien. [...] Comme beaucoup d’autres, j’ai découvert mon homosexualité en fin de collège, quand le désir sexuel se fait sentir et qu’il n’est plus possible de se le cacher. En quatrième, précisément, j’ai posé un mot dessus et j’ai bien dû l’accepter. [...] j’imaginais que c’était une phase et que tout "rentrerait dans l’ordre" assez rapidement." (Lire la suite)
 
out était si parfait
"[...] Vers l'âge de mes 13 ans, en cinquième, j'ai commencé à avoir quelques doutes sur ma sexualité. Sans certitude, je suis sorti avec une fille avec qui je ne me sentais pas très bien en couple. Quelques jours plus tard cette "histoire d'amour" s'est terminée. Cette fille [...] devint alors ma meilleure amie. Mes doutes sur ma sexualité se confirmèrent en quatrième lorsque je suis tombé fou amoureux d'un camarade de ma classe. Personne ne savait encore mon homosexualité." (Lire la suite)
 
a poésie des invertis
"Je m'appelle Maylis et j'ai 15 ans. Cela fait environ six mois que je me pose des questions sur moi, sur mon entourage et sur mon avenir, comme beaucoup d'adolescents souvent du même âge. Parmi toutes ses questions qui me tournaient la tête, je me suis un jour légitimement posée la question : "et si j'aimais les filles ?"." (Lire la suite)

'exploration d'une nouvelle vie
"Bonjour, je m'appelle Aaron, j'ai 17 ans [...]. Je pense avoir su que j'étais différent pendant mes années d'école primaire, à cette époque, je ne savais pas trop ce que c'était que d'être homosexuel, j'en avais bien sûr entendu parler en cours, par les autres, à leur insultes, à leurs blagues mais je n'avais pas vraiment une idée claire de ce que cela pouvait représenter." (Lire la suite)

n combat pour la liberté d'aimer
"Je m’appelle Sandrine, j’habite dans la Nièvre et j’ai 15 ans. J’ai longtemps hésité à écrire ce message car j’avais peur d’être reconnue, mais finalement je m’en moque. J’ai découvert que j'étais lesbienne en mars/avril 2010 à peu près. J’ai fait une série de rêves où j’embrassais des filles que je connaissais ou pas...(Lire la suite)

'accomplir pas à pas
"Je sais que je suis attiré par les garçons depuis des années : ça a commencé très tôt, au collège. J'ai eu de plus en plus de sensations pour un garçon... mais j'étais aussi attiré par les filles. À l'époque, je ne savais pas ce qu'était l'attirance." (Lire la suite)

imer tout simplement
"Moi c'est Sophie et j'ai 17 ans. Je me suis découverte lesbienne à l'âge de 11 ans et au fond, je sens que je suis née comme ça, que j'ai toujours préféré les filles aux garçons. Cela explique peut-être pourquoi, étant petite, j'étais amoureuse de la belle au bois dormant et non pas du prince !" (Lire la suite)

a blessure de l'homophobie
"J'ai 18 ans et suis scolarisé dans un lycée privé catholique. En toute sincérité, je suis heureux de quitter cet établissement à la fin de mon année de classe de terminale littéraire..." (Lire la suite)
 
ne année de découverte
"J'ai 16 ans et je peux maintenant dire que je suis fier d'être homosexuel ! Après tout, c'est ce que je suis et rien ne pourra le changer. Je n'aurais pas dit ça il y a quelques mois, alors ceux qui ne sont pas encore rendus au stade de la fierté, sachez que c'est normal et qu'un jour, vous en serez fier !" (Lire la suite)

ivre ses attirances au Maroc
"Je m'appelle Candyce, j'ai 14 ans et donc je suis actuellement en quatrième, je sais, je suis "jeune" mais ça va bientôt faire 2 ans que j'ai compris mon attirance envers les filles. Je crois que le plus gros handicap que j'ai pu rencontrer, c'est que même si je suis française, je vis actuellement au Maroc..." (Lire la suite)

a vie a changé
"Bonjour je m’appelle Clément et j’ai aujourd’hui 15 ans. [...] Tout d’abord quand j’étais petit j’étais bien différent des autres petits garçons de mon âge : je préférais la danse au foot (au grand désarroi de moi père), je jouais uniquement avec des filles en primaire et la plupart de mes jouets étaient destinés aux filles." (Lire la suite)

ivre dans la peur
"Je m'appelle Joan*. J'ai 18 ans et je suis étudiante. [...] Je pense toujours avoir su que j'étais lesbienne, sauf que, quand on est trop jeune, on n'ose pas se l'avouer et on ne l'assume pas forcément. (Lire la suite)

on chemin
"Moi c'est Harry, 15 ans et quelques mois... Je vis dans le département de l'Oise, en Picardie. Actuellement en seconde, je suis ouvertement gay depuis la quatrième. [...]
Figurez-vous un petit gars qui ne paie pas de mine au premier abord. Ce petit gars a 6 ans et regarde souvent le film Aladdin de Disney.
" (Lire la suite)

es années de collège
"... Je m’appelle Laura et je suis actuellement en classe de première littéraire avec une option lourde musique. J’ai donc bientôt dix-sept ans mais c’est bien plus tôt que je compris mon attirance pour les filles. C’était vers mes 11-12 ans et c’est durant cette période de ma vie où j’ai le plus changé sur presque tout les points de vue." (Lire la suite)


                          Plan du site                        Qui sommes-nous ?                          Mentions légales                          Crédits Photo